Ontoterminologie

L’opérationnalisation des terminologies, à des fins de traitement de l’information par exemple, a montré les limites d’une terminologie purement linguistique [1,2], et réactualisé le primat du concept (un concept, entité extralinguistique, n’est ni un signifié normé ni un ensemble de mots). La terminologie n’est pas uniquement une science des termes, mais aussi une science des choses.

Une telle opérationnalisation requiert une représentation informatique du système conceptuel. Dans ce cadre, les ontologies [3] issues de l’ingénierie des connaissances constituent aujourd’hui une des voies les plus prometteuses pour la terminologie. Cela justifie-t-il pour autant l’introduction d’un nouveau paradigme ?

Une ontologie n’est pas une terminologie dont les termes seraient les dénominations des concepts, et toute ontologie ne définit pas nécessairement une conceptualisation valide pour une terminologie.

L’ontoterminologie [4], terminologie dont le système notionnel est une ontologie formelle, distingue et met en relation les deux systèmes sémiotiques, système linguistique et système conceptuel, qui composent toute terminologie. Elle insiste d’une part, sur l’importance des principes épistémologiques qui président à la conceptualisation d’un domaine – c’est l’ontologie dans sa définition première – et d’autre part, sur la nécessité d’une approche scientifique de la terminologie où l’expert joue un rôle fondamental – c’est l’ontologie dans ses définitions plus récentes. Enfin, l’ontoterminologie insiste sur la recherche de « mots juste » (termes normés) et sur l’identification de termes d’usage en relation avec le modèle conceptuel et les discours de spécialité, tout en distinguant les définitions formelles des concepts (spécifications logiques) des définitions en langue naturelle des termes (explications linguistiques).

L’ontoterminologie permet une nouvelle approche méthodologique pour la construction de terminologies et ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement de l’information. La notion dedictionnaire métier [5] est un exemple de mise en ouvre de ce nouveau paradigme.